Changement d’adresse

J’ai demenage depuis le 20 fevrier et me suis installee chez le Monde !

Nouvelle adresse : http://billiskaya.blog.lemonde.fr

usurpation des traditions russes

L’une des institutions de la vie en société russe, c’est la file. Ou que vous alliez, quelque soit la raison, dès que 3 personnes ou plus se trouvent à attendre la meme chose, elles se mettent systematiquement l’une derriere l’autre, selon l’ordre d’arrivée des participants. Puis la vie de la file s’organise. Si elle s’allonge rapidement, une personne s’auto designera chef de file et s’occupera de faire respecter l’ordre de passage. Quasiment systematiquement, la personne devant vous vous demande de lui garder sa place pour aller faire un tour, et gare à celui qui envisagerai de doubler.

Alors…. quand arrive le moment où vous doublez toute une file russe, c’est de l’ordre de la jouissance la plus ultime. Provoquer ce genre d’évenement est devenu mon jeu moscovite favori.

La première fois, à la banque, seulement 4 personnes devant moi… pas mal.
Mais le meilleur coup, c’est à l’aéroport. Par peur de rater mon vol, j’arrive 2h30 avant. Je vais voir au panneau d’affichage, rien concernant mon vol. Je prends donc place a l’un des cafés du sympathique aéroport de Sherementevo et attends. Une heure 30 avant, toujours rien… je commence a me poser des questions et vais voir un autre panneau d’affichage, ou mon vol semble inscrit depuis une eternite, en veritable frère de sang des tables de la loi.

Mon vol est inscrit depuis des heures, donc la file est kilometrique et je suis bonne derniere. Cest quand meme ballot, me fais-je. Pour en rajouter dans l’enervement qui commencait a me gagner, il n’y a qu’un guichet pour tout un A319. je commence a trepigner quand j’aperçois, dans un halo de lumiere au loin, un guichet Alitalia esseulé, son cheking est terminé, l’hotesse compte les chariots devant elle pour tromper l’ennui.  Je vais donc voir l’hotesse, avec un air deconfit, en sortant mon russe le plus grammaticalement correct :”vous pensez qu’ils vont ouvrir de nouveaux guichets pour le vol d’Aeroflot ? parce que là, avec un guichet, c’est pas possible (??? de quoi ? je ne sais pas non plus).” Elle observe la situation, m’observe moi, observe la file, observe l’horaire de mon avion et sa montre et d’un air mi-complice, mi-compatissant :”Vous avez des bagages ? Passeport, numero de reservation, allez, je vous fait passer.” et me voila passant fierement avec mon trolley a bagage devant mon A319, longue file qui s’était longuement constituée et qui semblait ne pas faire mine d’évoluer.

Durant tout le vol j’ai senti des regards noirs et des formes de pensées négatives à mon encontre, mais quel grand moment !

Valentine’s day in Russia

img_0034.jpgLes files devant les fleuristes sont interminables, une jeune fille sur deux croisees dans la rue tient dans la main une ou deux roses rouges (d’habitude ce n’est qu’une sur 3), quant aux couples qui se promenent, le garcon a systematiquement un petit paquet a la main. Pas de doutes, c’est la Saint Valentin. Et encore moins de doutes, les russes sont romantiques.

Ma St Valentin a moi, elle s’est passee dans une vieille baraque, restauree et rachetee par les descendants des ex-proprietaires, qui furent envoyes au fin fond de la Siberie, pour complot et haute trahison contre le tsar. Ca se passait en 1825, les savants et autres historiens les ont surnommes “les decembristes“. Dans cette ex maison de decembristes, donc, avait lieu l’inauguration de l’exposition photo de James Hill (dont nous avons deja parle), avec notamment quelques remarquables portraits de Moscovites renommes : Aidan, Koulik et autres artistes.

Rien a voir avec ce bon vieux Valentin donc, mais l’expo, qui se tient jusque dimanche vaut tout autant la peine que cette vieille batisse, en ce moment en pleine restauration.

photo : Marie Richter

Telerealite facon Kommunalka

Kommunalka, en Russe, ca veut dire appartement communautaire. Un ancien grand appartement, recupere par les sovietique et depece.

La kommunalka fait aujourd’hui partie de l’imaginaire collectif russe, si ce n’est de leur quotidien. Derriere ce mot, on entend generalement des conditions sanitaires douteuses, une babouchka pire que le KGB epiant vos faits et gestes, un prix tres bas, une vie en communaute, une place par personne dans la cuisine.

La Kommunalka inspire aujourd’hui quelques artistes contemporains, mais egalement les organisateurs des foires d’art moscovites. Derniere idee en date, en mai dernier, une kommunalka artistique au gout de big brother : pendant 6 jours on enferme 7 artistes (Vika Begalska, Vladislav Efimov, Elena Kovylina, Anton Litvin, Diana Machulina, Mikhail Mutaev, Sergei Shutov) dans un tel appartement. Une vitre permettait aux visiteurs de les voir evoluer. On leur laisse ordinateurs, crayons, papier, pinceaux, peinture, toile, on secoue, on voit ce qu’il en sort, et on juge, aide des plus grands critiques d’art russes.

A vous de juger

ma vie mon oeuvre moscou

Aujourd’hui….

 – J’ai decide de changer de maison, et d’aller m’installer au nord de Moscou, dans un appart avec Dasha, etudiante au conservatoire, et un chat.

– J’ai croise un ane a un feu rouge, dans le trafic moscovite. ??? don’t ask

– Mon surnom a, pour la premiere fois, ete surnomme en Russe : Billotchka. emotion. Auteur : ma prof de chant lyrique, selon laquelle “j’ai une voix, mais il faut que je travaille.”

– Le froid est revenu. pas trop tot. les moscovites aussi : les embouteillages humains dans le metro s’etendaient le long des couloirs. Il faut vous imaginer une foule compacte formant une limace jusqu a la plateforme du metro. La, elle s’etale pour que les premiers rangs penetrent dans le train. Claustrophobie et pickpocket, auquel j’echappe de peu.

– J’ai sauve une russe d’une mort certaine. Elle etait sur l’escalator, avec son manteau de fourrure noire. Longiligne, fiere et mysterieuse. Entre elle et moi, trois marches et un type, louche. Au bout de 2 minutes d’escalator, je decide de monter les marches et passe devant le bonhomme, qui etait entrain de cramer le bout du manteau de fourrure de la devoushka avec son briquet. Je le surprends, le fixe mechamment en cherchant quelques mots de vocabulaire qui pourraient coller a la situation (“maman est dans la cuisine, elle prepare le diner” – nan pas ca – “c est pas bien ce que tu fais” – oui, ca c’est mieux). Bref je n’ai finalement le temps de rien dire, mais je fais signe a la jeune fille qu’un type derriere est louche et lui veut du  mal (j’oublie comment on dit “briquet” et “cramer”). Et je continue mon ascenscion. Je suis un heros.

– j’ai regarde le film “signe Chanel” pour en faire la critique dans la prochaine edition (tres attendue) du Courrier de Russie. J’en retiens une phrase ” on n’a que les limites qu’on se donne”.

 a bon entendeur… (personnellement les miennes sont plutot  a caractere linguistique, comme vous aurez aisement pu le constater).

les Hushpuppies font un saut a Moscou

Petite info pour l’agenda des amateurs de rock du coin, le groupe Hushpuppies, originaire de Perpignangn’ fait un saut de 24 heures a Moscou le 28 fevrier prochain pour venir feter l’anniversaire de l’excellent club Ikra.

Pour les fans francais : ils sont en ce moment en tournee en France, pas la peine de vous ruer sur la premiere ambassade Russe venue et de remplir un formulaire de visa. Prendre un TGV, c’est quand meme plus simple.

Choix, non-choix, en soit…

… la question n’est pas la.

Le 2 mars prochain, exactement 3 mois apres les elections de la Douma, la Russie se rend une deuxieme fois aux urnes pour elire son president.

4 candidats, un successeur designe qui ne prend meme pas la peine de participer aux debats pre electoraux, un futur premier ministre actuellement president du meme pays… Si la surprise ne reside pas dans le vote, elle est bien dans l’apres. Et que va-t-on faire de ces deux-la maintenant ?

Medvedev, dauphin, se retrouve sur le trone, sceptre a la main, couronne lourde et huilee sur la tete. Poutine juste en dessous, lui lavant les pieds, ou juste au dessus, tirant les fils de sa marionnette ? bonne question, le pouvoir et le statut peuvent transformer des hommes.

Et lors des reunions des chefs d’Etat, qu’en adviendra-til ? En Russie, la constitution adoptee en 1992 suit clairement un model americain presidentiel. Le chef du gouvernement, c’est bien formellement le president. Lors des G8, sommets europeens et autres grands messes gouvernementales, Vladimir Vladimirovitch se devra d’attendre derriere la porte, et sagement s’il vous plait. Ce qui conferera une certaine avance a son dauphin.

A faire a suivre donc.